Si les nouveaux frais de garde te font hésiter à enfanter…

18

La hausse des frais de garde, c’est un sujet qui fait vraiment jaser ces temps-ci. Avec raison, d’ailleurs, car cela vient débalancer le budget de bien des familles. Et puis, le gouvernement n’a pas demandé l’avis de la population à ce sujet, il a besoin d’argent et ce sont les familles qui doivent payer. (Ça mérite une petite note sur un post-it, à conserver jusqu’aux prochaines élections!)

Cependant, j’ai eu le poil des bras qui a frisé à de nombreuses reprises (parce que j’ai probablement un ancêtre qui était un Furby) en lisant des commentaires sur ce sujet. Des commentaires, probablement dit « juste comme ça« , mais qui sont terribles à l’égard des enfants, quand on y pense. Et d’autres, que j’ai trouvé plutôt méchants, qui étaient dirigés vers le fait de rester à la maison avec les enfants.

« Avec la hausse, c’est certain qu’on en fera pas un 4e. » ou bien…

« Si nous l’avions su, nous aurions peut-être retardé la décision d’avoir un deuxième enfant. » (voir la une du Journal de Montréal de samedi)

Source: Page Facebook Journal de Montréal

Oui, c’est fâchant, mais de là à regretter une grossesse? De là à mettre une croix sur le petit dernier qui devait être conçu au printemps?  De pouvoir placer son enfant en garderie à petit tarif ne devrait pas influencer la décision d’avoir un enfant. Sérieux, tu parles d’une chose à dire, enceinte jusqu’aux oreilles! Tsé, si les nouveaux frais de garde te font hésiter à enfanter… peut-être que ton désir d’avoir un enfant n’est pas si fort que ça?  Y’a quand même des choses pires que ça dans la vie!

« C’est une décision qui va retourner les femmes au statut rétrograde de femme au foyer. »

Bien entendu, ce genre de phrase m’enrage. Y’a quoi de rétrograde dans le fait d’être une maman à la maison? De vouloir s’occuper personnellement de l’éducation de ses enfants? Je comprends que quand c’est forcé, ça doit être chiant, juste parce qu’il y a absence de choix. Mais d’en parler comme si c’était la pire chose au monde, est-ce vraiment nécessaire? Et ceux et celles qui disent et pensent ça, avez-vous essayer, voir, c’est quoi passer une semaine avec vos petits? C’est toujours différent, c’est challengeant, des fois c’est drôle, parfois éprouvant. Vous pouvez les voir apprendre sans cesse de nouvelles choses, ils sont fiers de vous montrer leurs nouvelles prouesses. Vous pouvez prendre votre temps dans la journée, ne pas les presser, ne pas VOUS presser. La petite enfance passe vite et rapidement, sans s’en rendre compte, les enfants sont en âge scolaire. De profiter de ces beaux moments, c’est tout simplement génial. Je ne vois définitivement pas ce qu’il y a de rétrograde dans ça.

retrograde

Budget 101

Finalement, il y a une dernière catégorie de commentaires qui m’énervent. Ceux des gens qui s’apitoient sur leur sort sans voir que des solutions, il y en a.

Par exemple, j’ai vu des gens partager des articles de journaux sur le sujet, via Facebook, avec un commentaire du genre: « Mais comment on va faire pour payer ça?« . Ils publiaient à partir de leur iPhone.

Rien de si surprenant car tout le monde semble avoir des téléphones intelligents de nos jours, sauf moi! Je suis allée voir, pour le fun, le prix des forfaits… en bas de 50$/mois, t’as rien! Ça pourrait être un début pour trouver l’argent qui manque. Avoir un iPhone, c’est courant, mais c’est du luxe. Si tu penses avoir de la misère à payer ton épicerie avec la hausse des tarifs de CPE, v’la peut-être un début de solution. Avec une moyenne de 20 jours de garderie par mois, si tu as le forfait minimum à 50$ (plus taxes), tu viens d’obtenir 2,50$ de plus par jour à mettre sur la garderie de ton enfant, sans couper sur l’épicerie ou les vêtements de celui-ci. Et si la famille comprend 2 parents, on double ça. Vous lunchez au restaurant une fois par semaine? Votre lunch vous coûte probablement l’équivalent de la hausse pour une journée au CPE… à éviter pour les prochaines années, ainsi que le resto en amoureux du samedi soir.

J’ai l’air de sortir plein de préjugés? Peut-être bien. Peut-être pas tant que ça, non plus. J’ai laissé de côté les voyages dans le sud et les bouteilles de vin… Je sais que plusieurs familles se serrent déjà la ceinture, mais je pense que ce ne sont pas ces familles qui chialent le plus. Et je sais aussi que les familles nombreuses sont celles qui seront le plus touchées, parce qu’une famille qui gagne 100 000$, si elle a 2 enfants ou 5 enfants, ça fait une méchante différence sur son p’tit lousse budgétaire. Il faudrait peut-être juste se rappeler que quand on décide de faire des enfants, ce n’est pas parce que la garderie coûte 7$.

18 COMMENTAIRES

  1. Bravo pour ton texte qui porte à réfléchir, et qui, je crois, n’est pas si controversé. Ça prend une vraie conciliation de vie balancée pour les familles. Je crois que le montant d’allocations pour les garderies devrait être dispensé également comme « montant famille » pour les familles qui pourront faire le choix avisé d’envoyer leur enfant en garderie, ou peut être celui meilleur pour l’enfant (en général, jusqu’à ce qu’il soit autonome, voir les recherches, dont sur le site Mamans Zen) de rester à la maison ou sinon une gardienne au foyer.

  2. Tu as tout à fait raison Marie-Nöelle. Ce fût de l’archarnement de ma part de vouloir répondre à l’agressivité passive de rebelle des bois. De plus, je ne parlais pas de toi lorsque je citais la condescendance, mais le commentaire de rebelle des bois qui reprenait mes mots. Je crois que je n’ai pas choisi la bonne place pour tenter de faire de l’éducation populaire, parce que les 3 lecteurs semblent avoir la même vision de la vie et vous voulez la garder :).

    Pour ton conjoint qui vient te défendre, salutations. Je tuttoie effectivement les gens. Peu importe qui. Je trouve ça plus personnel. Mais si tu t’en sens offensé ; voici : Mr. Pelletier. Vous êtes magnifiquement habile pour chercher les  »bibittes » dans mes textes pour défendre votre blonde. Et c’est tout à votre honneur. Je vous dirai cependant que le seul intérêt de mes commentaires et de conscientiser des gens qui répandent des opinions pouvant nuire à la société à laquelle je me tente de contribuer. J’aimerais éclaircir certaines choses qui semblent incohérentes pour vous, et de ce que je comprends, votre conjointe et probablement une de vos amies. Je ne condamne pas du tout, mais vraiment pas le choix de rester à la maison. Je resterai même probablement ( si je le peux ), un jour à la maison avec mes enfants, avant qu’ils aillent à l’école. Où peut-être leur ferais-je l’école  »à la maison » en voyageant avec eux pendant un an, peut-être deux. Ce que je déplore c’est le manque de possibilité pour ceux qui ont choisis d’aller travailler.

    Maintenant, lorsque vous tentez de trouver des failles dans ce que je dis, je ne chapeaute pas les lecture de ma conjointe , je lui ai suggéré de ne pas y retourner suite aux impacts de ses lectures sur son moral. Ce qui s’appelle aussi protéger les gens qu’on aime.

    Dernièrement, et je perdrai toute forme de politesse pour cette partie : ne t’avises plus d’insulter mes compétences de parents en disant que mes enfants sont mieux à la garderie qu’avec moi en impliquant entre les lignes que je ne suis pas un bon père. C’est le genre de limite qu’on ne traverse pas, et que j’espère que tu ne dépasseras pas de nouveau , espèce de fanfaron. Et la retenue que je dois avoir en ce moment est indescriptible…

    Maintenant avec tous les respect que je dois à vous deux mesdames. Je vous souhaite de continuer à vous amuser avec vos enfants à la maison, mais comprenez bien que certains messages peuvent nuire à ceux qui ont décidé autrement pour leur vie.

    Laissons à tous, le droit d’élever leurs enfants de la façons qu’ils le désirent et faisons attention aux impacts de ce que nous écrivons. Et si vous faites un blogue, assumez les commentaires des gens. Jamais, je n’ai voulu vous attaquer dans ce que je disais, mais bien au contraire défendre les droits de beaucoup d’autres parents.

    Maintenant, je ne repasserai plus sur votre blogue. Alors, bonne continuité à vous tous.

    • M. Nolet, le respect, ça se mérite. Ma conjointe travaille très fort sur ses articles et lorsque vous lui dites de réfléchir avant d’écrire, je vous trouve condescendant (comme dans l’ensemble de vos propos) et je n’ai pas l’intention de faire attention lorsque je m’adresse à vous.

      Ma conjointe a tout mon respect, autant pour ses écrits que pour ses choix de vie que je respecte au plus haut point. Elle est éduquée, elle n’est pas « hippie » comme vous dites et ses valeurs me rendent très fier de partager sa vie au quotidien.

      Vous avez émis votre opinion de façon maladroite et confuse, elle a été publiée, certaines personnes ont voulu y répondre, ça fait partie de la « game ». Acceptez à votre tour.

  3. Oh yhé !!! que j’aime des articles comme ceux là !!! Histoire de remettre la pendule à l’heure et de se donner un VRAI temps de réflexion sur ce que l’on souhaite dans la vie ! Parce que dans tout ça il y a aussi l’idée de s’assumer, en tant qu’individu, en tant que famille … plutôt que de compter éternellement sur le gouvernement pour nous prendre en charge, nous dicter notre conduite, et nous diriger ds le petit trou de l’entonnoir. Récemment nous avons participé avec les enfants à une des manifestations contre l’austérité. Une femme profitait de ce moment pour récolter des signatures contre la fameuses hausse des services de garderie… j’ai refusé de la signer. J’ai trouvé cela difficile et me suis sentie un peu mal par rapport à cette dame. Mais j’ai pris le temps de lui expliquer. La garderie est un système que je ne cautionne pas. Pour moi une société qui se départit de ses enfants à 9 mois pour les cloisonner par groupe d’âge pour les 15 à 20 prochaines années de leur vie ne m’inspire pas. Gandhi a dit  »Sois le changement que tu veux voir devenir réalité ». Militer pour le statut des garderies, c’est militer pour une impasse… celle dans laquelle nous sommes en ce moment… c’est militer pour un monde qui ne fait de place ni aux femmes, ni aux enfants … et si peu aux hommes qui souhaitent réellement VIVRE leur famille. De plus super marre, des propos rétrogrades annonçant un retour des femmes au foyer comme conséquence et des litanies du genre; « Les femmes méritent une place importante sur le marché du travail , dans des postes décisionnels et c’est de cela que le gouvernement va nous priver. » Je n’appartiens pas à une sous espèce et je n’ai pas besoin de la condescendance des autres pour mettre de l’avant mes projets de vie. Et le gouvernement va nous priver de ce que nous allons accepter… nous sommes à priori un pays démocratique. Alors si cela est un problème de société, posons nous des questions, élaborons un vrai programme de société, demandons nous ce que nous voulons pour nos enfants aujourd’hui et demain… que souhaitons-nous leur léguer ? Si pour un instant on troque le métro dodo boulot marmot, que l’on ferme nos bidules soit disant intelligents et que l’on va prendre une marche dans le bois, avec une petite main dans la notre… qu’est ce que notre coeur et notre tete nous murmure ? Que souhaitons-nous vraiment ?
    D’accord même en Québec, certains n’ont pas le choix, le bois est loin, et la question du souhait ou du rêve ne se pose même pas… mais pour tout ceux pour qui ça ce peut, faites-le donc pour deux ! Parce que nous avons, pour la plupart, les moyens et la possibilité de choisir… c’est juste une question de priorité.

    • Rétrograde ? Si une femme ou un homme veut rester à la maison avec les enfants, je les encourage fortement à le faire !

      Les garderies ne sont pas une impasse, c’est un milieu qui permet à l’enfant de socialiser et de passer du temps de qualité avec d’autres enfants. Dès que j’ai l’occasion, je passe la journée avec mes enfants, dès qu’ils reviennent du CPE ou de la garderie, on est collé, on a du plaisir, on se raconte nos journées et on passe du temps exceptionnel.

      De plus, notre société démocratique est d’élire des personnes qui pensent qu’ils font ce qu’il y a de mieux pour les autres. Ce qui a ces failles.

      Super marre des hippies collées à la maison qui veulent tellement se justifier , qu’elles pensent constamment qu’on les enfoncent parce que nous on choisit de prendre part différemment à la société.

      Si tu choisis de garder tes enfants à la maison, n’obligent pas les autres à le faire. Ma priorité c’est d’équilibrer le tout. Je montre à mes enfants qu’il est bien de se battre pour ce qui est juste. Quotidiennement j’aide des gens à sortir de la misère par l’intermédiaire de mon travail, ma femme aussi. C’est un choix que nous avons fait. Vous choisissez d’être à la maison avec eux. Je suis content pour vous.

      Dans un monde où un de nous, ma conjointe ou moi, ferait un salaire assez grand pour rester à la maison avec les enfants, je ne sais même pas si nous le ferions à temps plein. Pour notre développement et celui de nos enfants. Puis pour celui de la société.

      Je choisis de ne pas encabaner mes enfants dans une maison avec les même personnes à longeur de journée.

      Vous êtes, mesdames, l’exemple parfait de pourquoi je conseillais à ma femme de ne pas aller sur des sites de maternité ou de maman lors de sa grossesse, vous êtes de celles qui font paniquer et culpabiliser les autres à grands coups de  »Valeurs » mal placées.

      Peut-être devriez vous aller voir ce qui ce passe à l’extérieur ?

      Avant de parler de démocratie , renseignez-vous…

      Sous-espèce ? Tu l’as prise où celle-là ? Je suis un très grand défenseur de l’égalité des sexes. Je crois que les gens n’ont pas à se définir par leur genre et que c’est la grande raison pourquoi on ne devrait pas aller dans cette direction au niveau des hausses des frais de garderie…

      Non mais…

      • Je sais que vous ne vous adressez pas à moi, mais je me permet de répondre sur un point: L’article ne s’intitule pas « Mon message à Serge Junior Nolet ». Vous semblez penser que tout vous est personnellement adressé. J’ai utilisé le mot rétrograde dans mon article, parce que j’ai vu passé ce commentaire sur Facebook, tout simplement. Cependant, en traitant les gens qui restent à la maison de hippies, vous affichez clairement vos couleurs et jugements… et ça se continue dans le reste de votre message, d’ailleurs.

        En conseillant à votre femme de ne pas aller sur des sites de mamans, n’essayez-vous pas plutôt de la contrôler et de lui cacher les choix qui s’offrent à elle? Avez-vous peur que votre femme décide de rester à la maison, par instinct maternel, et de vous retrouvez ainsi avec tout le fardeau financier de la famille? C’est une piste de réflexion seulement ici, je n’insinue absolument rien.

        Vous n’êtes pas en accord avec les propos de mon texte et l’avez fait savoir dans votre premier commentaire. Vous avez droit à vos opinions et je respecte la liberté d’expression. Ce que vous faites présentement, en revenant à tout bout de champs commenter ici, ça s’appelle de l’acharnement.

      • M. Nolet, vos propos sont tellement incohérents entre ce que vous faites semblant de prôner et ce que vous faites ici.

        Vous dites montrer à vos enfants à se battre pour ce qui est juste, mais vous tirer à boulets rouges sur ceux qui ont une opinion différente de la vôtre.

        Vous êtes un « grand » défenseur de l’égalité des sexes, mais vous chapeautez les lectures de votre conjointe.

        Vous dites respecter le choix de ceux qui restent à la maison et quelques lignes plus loin vous parlez d’encabaner les enfants.

        Et pour vous, faire passer les enfants en premier, ce sont des valeurs mal placées.

        Cependant, je suis d’accord avec vous sur un point fondamental, vos enfants sont mieux à la garderie toute la journée qu’avec vous.

        PS. Vous êtes le seul ici qui tutoie tout le monde.

  4. Les gens s’emballent parce qu’il a plus à voir que le premier degré sur lequel tu as  »élaboré »…

    Il n’y a rien de mal à être papa ou maman à la maison. Le problème c’est que plusieurs femmes n’auront pas le choix de retourner à la maison. C’est le fait de priver les femmes de leur choix de travailler. Parce qu’encore aujourd’hui le salaire des hommes est plus élevé que celui des femmes , que les hommes n’ont pas encore autant de talents que les femmes à la maison.

    Le problème est beaucoup plus grand que celui du budget ! C’est un problème de société, de développement économique. Les femmes méritent une place importante sur le marché du travail , dans des postes décisionnels et c’est de cela que le gouvernement va nous priver.

    De plus, qui es-tu pour juger des gens qui trouvent que ça va être difficile de donner autant qu’ils voudraient à leurs enfants dans cette société ? Qui es-tu pour juger des dépenses des gens ? Je travaille fort pour me permettre un peu de luxe. Je travaille avec mon Iphone, c’est un outil intéressant qui me permet d’aller plus loin dans la vie. Mes repas aux restaurants me permettent de relaxer des longues semaines et du 2 et 4 ans de mes enfants, et de leurs donner le meilleur de moi-même. Un blog c’est une parole sur la place publique. C’est important de réfléchir avant d’écrire…

    De plus, les gens qui ont des bons salaires sont extrêmement imposés. Rajouter la hausse des frais de garderies à leur taux d’imposition est une insulte. La classe moyenne s’appauvrit pour aller rejoindre la pauvreté de plus en plus rapidement et le gouffre entre la richesse et la pauvreté va s’agrandir.

    Si pour toi, ce n’est pas la fin du monde, pour certain ce l’est !

    Je pourrais continuer longtemps, mais je crois que le point est fait…

    S’il-te-plaît , la prochaine fois, avant d’écrire quelque chose de la sorte, renseignes toi sur les vrais conséquences et les impacts collatéraux de la situation.

    Il faudrait peut-être se rappeler que si on avance comme société , ce n’est pas pour reculer ensuite…

    • Merci pour votre commentaire. Mon texte est réfléchi et j’en pense chaque mot. Bien entendu, vous avez droit à votre propre opinion, basée sur votre expérience personnelle. J’ai pris la peine de mentionner, justement, que lorsque la décision de rester à la maison est forcée, c’est chiant. J’en suis bien consciente.

      Si vous préférez sortir de votre poche de l’argent pour manger au restaurant, mais demander à la société de payer les frais de garde de vos enfants, c’est votre affaire. Je me garde le droit d’avoir des valeurs différentes aux vôtres et d’écrire mon opinion, basée sur mes valeurs.

      • Je ne demande pas à la société de payer mes frais de garde. Je lui demande de faire les choses justement. Une vrai équité. Lorsque je paie des impôts, je m’attends à ce qu’on l’utilise pour l’intérêt de la collectivité , pas celle d’une bande de gens qui se croient au-dessus des autres et qui se donnent des salaires impressionnants et d’autre corruptions gouvernementales. Lorsqu’on enlève des acquis à la collectivité au lieu de s’attaquer aux vrais enjeux… Ça m’exaspère, comme plusieurs. Mon opinion n’est pas basée sur mon expérience personnelle , je travaille en sécurité alimentaire, je vois les impacts collatéraux qu’auront les mesures d’austérité du gouvernement.

        Je ne crois pas que c’est approprié de parler de mes valeurs dans ce contexte, contenu du fait que tu ne les connais pas et que tu ne peux pas les juger à travers un texte. Je crois que les efforts que je donne pour la société en travaillant dans un domaine social et acceptant d’utiliser mes compétences pour aider la société ne doivent pas être brimer par la décision d’un gouvernement qui veut me faire payer LEURS dépenses. Ce n’est pas l’inverse…

  5. Je suis du style à ne pas avoir de téléphone intelligent (je n’ai même pas de cellulaire tout cour), on ne fait pas de gros voyage et on essaie d’économiser sur ce que l’on peut! J’ai quatre enfants, je ne suis pas maman à la maison et je ne les changerais pour rien au monde!! Moi aussi j’ai été choqué parce que certain on dit.. mais, malheureusement, il y aura toujours des gens qui ne regarde que leur nombril!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.