Pour toi, Douce Princesse

0

Douce Princesse,

Il y a quelques mois, à ta fête de 6 ans, je suis venu te porter le gâteau de fête que ton papa m’avait commandé pour toi. C’est là que j’ai vu pour vrai tes beaux grands bleus.

Un peu après, ton papa est devenu mon amoureux. Un soir, alors qu’on soupait les trois ensemble, tu m’as dit tout bonnement « toi tu es ma belle-mère ». Je pense que j’ai arrêté de respirer pendant plusieurs longues secondes. Je n’ai pas eu peur de m’imaginer t’avoir dans ma vie pour longtemps. Je pense que j’ai juste eu peur du mot « mère ». La parentalité m’a toujours effrayé. Quand tu n’es pas un parent, ce sont des mots qui semblent très gros. Je me suis sentie tellement minuscule devant cette si grande responsabilité. Mais tu sais quoi? De jour en jour, je réalise que ce ne sont que des mots. Dans le quotidien, je n’ai qu’à traduire l’amour que j’ai pour toi et ton père dans mes gestes et ça, c’est facile et naturel.

Je ne sais pas c’est quoi mon titre, mais je sais que je veux toujours être là pour toi quand tu en auras besoin.

Ça doit être difficile la séparation de tes parents. Des fois, j’ai de la misère moi-même à gérer mes émotions dans ma tête d’adulte donc j’imagine que dans ta tête d’enfant ça peut devenir compliqué. À travers tout ça, je peux te dire que c’est beau de voir comment tout le monde est uni pour toi. Ton père et ta mère t’offrent chacun de leur côté des environnements positifs et ensemble, ils s’entraident pour que ton bonheur passe toujours en premier.

Pour ma part, je m’engage à continuer de te faire rire et ne jamais me tanner de tes chansons préférées. Je veux continuer de te faire de belles coiffures et te prêter des bijoux. Je vais toujours trouver de la place dans mon bureau pour afficher tes beaux dessins. Si tu t’ennuies trop de ta maman ou si tu dois te confier à elle, on va l’appeler ou aller la voir. Si ton papa ne comprend pas certaines « affaires de filles », je vais lui expliquer. Je vais continuer de te refuser ce que tes parents refusent parce que c’est eux qui décident. Un jour, tu auras des prétendants à ta porte. Ne t’en fais pas, je vais rappeler à ton père de « slacker un tour » comme il dit si bien. Je ne vais pas jouer à la mère avec toi. Tu en as déjà une qui t’aime de tout son être. Je ne vais pas non plus jouer à l’intervenante, mon travail me suffit amplement. Je veux juste être à côté de ton père pour partager la fierté et l’amour qu’il a pour toi et nous élever au-dessus des tempêtes ensemble.

Je ne sais toujours pas c’est quoi mon titre, mais ça m’importe peu. Tout ce que je sais c’est que je suis choyée que tu acceptes de partager un peu de ta vie avec moi et moi, je suis fière de partager la mienne avec toi!

I love you little puppy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.