J’aime bien utiliser cette tribune pour informer sur des sujets que j’ai à coeur. Le droit à l’instruction en famille/ école-maison/ éducation à domicile ou n’importe quelle autre façon de l’appeler, j’y tiens. Et j’ai réalisé que la population n’était souvent pas vraiment informée sur le fait que c’est une option légale et qu’elle peut être adoptée par n’importe quel parent qui est prêt à faire les efforts nécessaires pour « bâtir » l’éducation de ses enfants.

C’est légal, voici pourquoi

La loi sur l’instruction publique est claire sur le sujet: « est dispensé de l’obligation de fréquenter une école l’enfant qui […] reçoit à la maison un enseignement et y vit une expérience éducative qui, d’après une évaluation faite par la commission scolaire ou à sa demande, sont équivalents à ce qui est dispensé ou vécu à l’école. » (Loi sur l’instruction publique Chapitre 1 Section 2.15) Ce qui veut dire qu’un parent qui décide de faire vivre une expérience éducative à son enfant à la maison peut le faire en toute légalité.

Ce n’est pas une option « facile »

Il y a des gens qui s’imaginent que de choisir l’instruction en famille, c’est un choix « facile ». Ben oui, tsé, pas besoin de faire des lunchs, d’aller reconduire les enfants à l’école… Il ne faut pas oublier que le parent doit fournir des opportunités d’expériences éducatives. Parfois, le parent va monter un programme scolaire similaire à celui de l’école de son quartier, d’autres fois, il créera des projets permettant à l’enfant d’apprendre plusieurs matières en travaillant un projet unique, parfois il laissera à disposition de l’enfant du matériel permettant d’apprendre et le parent aura « le travail » de traduire ces apprentissages en langage satisfaisant pour sa commission scolaire. Je ne pense donc pas que « facile » est un mot qui s’applique.

Ce n’est pas une option « difficile » non plus

Au contraire, certains parents ne se donneront pas le droit de penser à cette option en pensant que c’est vraiment trop difficile. Il y a beaucoup de ressources pour aider les parents qui familles qui veulent vivre cette aventure. Ça ne prend pas un bac en enseignement, mais le parent doit être débrouillard pour trouver l’information nécessaire pour fournir une expérience éducative à son enfant.

Ce n’est pas nécessairement un choix en lien avec…

L’instruction en famille est parfois associée à certains types de familles; familles dans lesquelles la religion à une grande place, familles « grano/hippie/etc », familles qui voyagent beaucoup, familles dans laquelle un enfant à des besoins particuliers/différents. Il y a plusieurs familles qui optent pour l’instruction en famille simplement pour offrir une expérience éducative différente à leur enfant!

Les enfants pourront tout de même avoir des amis

C’est probablement l’une des plus grandes craintes ça, le côté social! Sachez d’abord que presque chaque région du Québec a un groupe de soutien pour les familles qui ont choisi l’instruction en famille. Ces groupes permettent de rencontrer d’autres familles et organisent aussi des activités pour que les enfants puissent interagir ensemble. Mais au-delà de ça, les enfants peuvent se faire des amis dans le voisinage, au parc, à la bibliothèque, pendant le cours de karaté/danse/etc.

Il y a presque autant de façon de faire « l’école à la maison » qu’il y a de familles

Comment on fait ça, l’école à la maison? Ben ça dépend. Ça dépend tellement, même! Il est possible de suivre une pédagogie particulière (Montessori, Charlotte Mason), de reproduire le modèle utiliser par nos écoles québécoises, d’apporter les apprentissages par projets, de faire du unschooling et plus plus plus! Dans le cas du (parfois controversé) unschooling, je préfère mentionner que pour que ce soit légal au Québec, le parent doit agir de « traducteur » entre ce que fait l’enfant et ce à quoi ça correspond en langage officiel du Ministère de l’Éducation du Québec.

Je pense que ce qui est important, c’est d’y aller avec une façon qui respecte notre enfant; ses goûts, ses forces et ses faiblesses. Certains enfants vont apprendre super bien dans un contexte bien organisé avec un horaire prédéfini alors que pour d’autres, c’est tout le contraire. Et l’avantage de l’instruction en famille, c’est justement de pouvoir être à l’écoute de notre ou nos enfants afin de leur offrir l’expérience éducative qui leur sera le plus agréable possible!

L’enfant peut retourner à l’école s’il le désire

Décider de ne pas envoyer son enfant à l’école n’est pas un choix irréversible. Si pour peu importe la raison, vous voulez que votre enfant fréquente l’école ou que celui-ci en a l’envie, c’est possible! Je pense que de garder ça en tête, peut venir enlever un petit stresse à plusieurs parents qui considèrent cette option.

Il y a vraiment plein d’autres choses à savoir sur l’instruction en famille, mais ça, c’était mon inspiration du moment!

Pour consulter d’autres articles en lien avec l’instruction en famille, cliquez ici.

Publicité

1 commentaire

  1. J’avais longuement réfléchi sur cette possibilité du temps où mon fils faisait de la réhabilitation au Jewish. À une certaine époque, on pouvait présager que l’école «normale» ne serait pas évidente pour lui. Finalement, avec le temps, de la physio, de l’ergo, de l’orthophonie et ben ben de la patience et du travail de notre part à son papa et à moi, tout est entré dans l’ordre. Donc, comme la plupart des enfants, il est entré à la maternelle.

    Est-ce que j’aurais envisagé la possibilité de faire de l’enseignement à la maison pour mon fils s’il n’était pas né avec une diplégie spastique dès le début ? Pas pantoute. Anyway, le chéri n’aurait sûrement pas été d’accord. Après tout, son père a passé sa vie à enseigner à l’école secondaire et sa soeur est enseignante à la maternelle. J’aurais sûrement insulté ma belle famille au complet ! lollllllll

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.