Travailler de la maison

Travailler de la maison: la vie de rêve pour plusieurs personnes, dont moi! Imaginez, je me lève le matin, je me sers une tasse de café et je regarde mes courriels en pyjama! Puis parfois, midi arrive et devinez quoi; je suis encore en pyjama! Je ne suis jamais prise dans le trafic, je peux prendre une journée de congé quand je suis malade, je peux faire une activité en famille en plein milieu de la semaine si je le désire… Donc oui, c’est beau, c’est TRÈS beau! Ce n’est pas toujours un monde rempli d’arc-en-ciel et de licorne cependant… pour remettre les pendules à l’heure (il est 11h30 pour moi.), j’ai décidé de vous partager 10 choses à garder en tête lorsqu’on décide de travailler de la maison.

#1 La to-do list n’est jamais vide et c’est correct

J’en ai parlé récemment, mais c’est tellement important de garder en tête qu’il y a toujours quelque chose à faire quand on est travailleur autonome! De le savoir, ça donne un bon coup de main pour avoir un peu moins de pression sur les épaules… Je ne finis jamais ma semaine le vendredi midi en me disant: bon, voilà, je n’ai plus rien à faire! Au contraire, j’ai déjà une liste de choses à continuer dans la semaine suivante, mais je m’arrange toujours pour automatiser certaines choses pour le weekend pour que je puisse prendre ce temps avec ma famille!

#2 La zone de confort? Quelle zone de confort?

L’appellation « zone de confort » ne fait pas l’unanimité, mais je pense que c’est un concept qui est compris par la plupart des gens. Quand on travaille de la maison, qu’on est son propre patron, il n’y a que très peu de « zone de confort » dans une journée. Pour moi, ma zone de confort c’est quand j’écris et quand je fais ma comptabilité (ben quoi, j’aime ça!). Tout le reste me sort de ma zone de confort: écrire sur les réseaux sociaux, prendre des photos, négocier des partenariats, gérer des collaborateurs et aller dans des événements (je n’y vais que très peu d’ailleurs). J’ai donc deux choix: sortir de ma zone de confort ou trouver une personne qui pourra accomplir les choses qui me sortent de ma zone de confort… pour le moment, je m’occupe de ces choses-là souvent en solo. J’apprends à faire tout ça un peu plus chaque jour, je m’améliore, je l’espère et surtout, j’ai un sentiment de fierté en voyant tout ce que je suis maintenant capable de faire!

#3 Il faut trouver une façon de « quitter le bureau » à la fin de la journée

Tous les domaines ne sont pas les mêmes, mais je pense que presque tous les travailleurs autonomes ont une certaine présence sur les réseaux sociaux… et ceux-ci ne dorment jamais. On fait quoi avec ça? On jette un coup d’oeil à nos courriels et nos réseaux sociaux toute la soirée? Ben non!!!!!!! En fait, faites ce que vous voulez, mais pour ma part, c’est non! J’ai développé une routine de fin de journée pour me faire comprendre que j’ai bel et bien fini de travailler. Avant de quitter mon bureau, je vérifie que tout ce qui devait être planifié pour la soirée et le lendemain matin est planifié. Puis je range tout ce qui traîne de ma journée. Je reviens à mon bureau pour me prendre des notes si je pense à quelque chose dans la soirée.

#4 … et penser à prendre des pauses

Ouf! Ça, ce n’est pas toujours facile. J’ai récemment trouvé un truc pour ça; j’ai téléchargé une application qui compte mes pas dans la journée. Et croyez-moi, un travail de bureau, ça ne donne pas beaucoup de pas! J’ai un but de 10 000 pas par jour; je dois donc sortir régulièrement de mon bureau pour réussir mon objectif quotidien! (En plus, c’est bon pour ma santé!) Pour d’autres personnes, ça pourrait être une pause déjeuner en matinée (et vous manger à la cuisine, non dans le bureau) et une collation en après-midi. Allez-y selon vos goûts, mais n’oubliez pas de prendre une pause, ça fait du bien!

#5 Il faut accepter qu’on ne peut pas être bon dans tout

Je ne suis pas bonne dans tout! Ça y est, c’est dit! Et à cause de ça, il y a des choses que je n’accepte pas de faire, mais je m’entoure d’une équipe. Je le mentionnais en parlant de ma zone de confort, il y a des tâches avec lesquelles je suis moins à l’aise. La plupart, je ne sens pas que je peux déléguer pour le moment, mais j’y songe sérieusement (il faut d’abord trouver une personne qui est à l’aise avec ces choses et en qui j’ai confiance, hein!). J’ai aussi des collaboratrices géniales qui aiment sortir et aller dans des événements et surtout, en qui je peux avoir confiance! J’en profite aussi (elles reçoivent souvent un cadeau ou ont un bon repas pendant l’événement donc je pense qu’elles sont contentes également!).

#6 Les pertes de temps n’en sont pas toujours…

Parfois, je réalise que ça fait quelques minutes que je suis dans la lune. D’autres fois, je réponds à une copine qui me parle sur Facebook et je finis par discuter avec celle-ci. Ce sont des pertes de temps, oui et non. Quand je tombe dans la lune, ça peut être parce que mon cerveau avait besoin d’un break ou que j’avais besoin de réfléchir. Quand je discute avec une copine, je sors souvent grandie de notre discussion puis ça me fait un petit peu de « social » dans ma journée… ce n’est pas à négliger. Pour ma part, je trouve que c’est important de ne pas s’en vouloir pour ça, mais en même temps de s’assurer de ne pas trop avoir de distraction pour être en mesure de bien faire son travail.

#7 Bien se connaître est primordiale

Ok, je regroupe plusieurs choses ici: zone de confort, pertes de temps, forces et faiblesses… se connaître, c’est tellement important pour pouvoir bien travailler! Le fait de reconnaître où se situe ma zone de confort face à mon travail m’aide à réfléchir au type d’aide que je devrais aller chercher. De connaître où je perds le plus mon temps, fait en sorte que je peux prendre les moyens nécessaires pour éviter cette perte de temps. De connaître mes forces et mes faiblesses m’aide à organiser ma journée, je garde plusieurs tâches qui sont pour moi plus difficiles dans des moments où je suis à mon meilleur (ça aussi j’ai appris à les reconnaître).

#8 Il n’y a personne pour vous donner une tape dans le dos

Travailler de la maison, ça veut dire travailler en solo. Ça veut dire avoir très peu d’encouragement. Ça veut dire ne pas vraiment avoir quelqu’un avec qui parler des choses les plus difficiles ou des petites victoires. Ce n’est pas toujours facile pour certaines personnes. Les groupes Facebook ou du moins, d’avoir un « clan », une « gang » qui sont dans la même situation que nous peut donner un gros coup de main. Si je suis down en lien avec le travail, je sais que je peux aller parler avec mon amie Nancy ou mon amie Julie et qu’elles vont me lire et me répondre lorsqu’elles seront disponibles. Puis mieux que ça, elles vont me comprendre, car elles font le même travail que moi.

#9 Ni pour vous remettre dans le « droit chemin »

Si vous prenez de mauvaises habitudes de travail, il n’y aura personne pour vous remettre dans le droit chemin. Ça prend beaucoup d’autodiscipline pour travailler de la maison. Pour se lever le matin, même si personne ne nous attend. Pour ne pas passer l’après-midi sur Netflix quand on est en plein milieu d’une bonne série (Hello Bones!). Pour moi, ça prend des « routines », des méthodes de travail pour tout ce que j’ai à faire. C’est comme ça que je fonctionne bien. Par exemple, quand je travaille en partenariat avec une entreprise, je fais toujours les choses dans le même ordre. Quand je dîne, je me donne du temps pour « vedger » au lieu de continuer à travailler avec une bouchée de salade dans la bouche. J’ai moins ce besoin de « vedger » par la suite, parce que c’est déjà fait!

#10 C’est une grande aventure!

Travailler de la maison, à son compte, c’est une grande aventure! Pour certaines personnes, ça se fait du jour au lendemain. Pour ma part, ça s’est passé très lentement, sans que je m’en rende vraiment compte… ou plutôt jusqu’au moment où j’ai réalisé que j’étais plus souvent au bureau que mon conjoint (qui est également travailleur autonome). Ce n’est pas pour tout le monde, mais je pense que ça peut être pour tout le monde qui le désire. À mes yeux, c’est une solution idéale à la conciliation travail/famille parce que malgré que ce ne soit pas facile tous les jours, on gagne une liberté d’horaire à le faire.

Est-ce que vous travaillez de la maison? Que faites-vous?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.