Photo: Valérie Gay-Bessette Photographie

Je ne crois pas être le seul parent qui aimerait que ses enfants mangent plus de fruits et de légumes. Je n’ai pas eu cette difficulté avec ma fille, mais ce n’était qu’un coup de chance, car mon fils ne retient pas du voisin si vous voyez ce que je veux dire. Je ne suis pas un modèle pour ce qui touche la nutrition. Oh que non ! Le pire dans tout ça, c’est que j’aime ces aliments, mais je n’ai pas le réflexe d’en préparer pour grignoter. Mon fils c’est une autre histoire cependant, parfois je me dis que c’est mental, mais d’autres fois c’est vraiment physique. Il a déjà rejeté ce qu’il avait dans l’estomac quand il tentait d’avaler une bouchée de banane ou un raisin vert, il a de la difficulté avec certaines textures.

Pour aider mon enfant, je…

C’est d’ailleurs pour cette raison que j’essaie de l’exposer de plus en plus aux aliments sains et non transformés. Depuis peu, je lui demande de choisir un fruit et un légume pour sa semaine. Je lui donne le pouvoir de choisir celui qui lui plaît même s’il aimerait probablement mieux me dire « aucun » haha! J’ai également commencé à cuisiner avec lui, il adore ça alors il me facilite la tâche et ça nous fait de beaux moments. Je crois que ces petites actions pourront l’aider à se familiariser davantage avec certains aliments et ainsi développer son réflexe de manger mieux.

Pour en apprendre davantage sur le programme Croque Santé de Metro, que je ne connaissais pas du tout, nous avons fait un gâteau santé accompagné de la nutritionniste et ambassadrice de Metro, Linda Montpetit. J’ai bien aimé l’idée de préparer un gâteau santé, mais lorsque j’ai vu certains ingrédients, j’étais réticente. C’était un Blondie aux haricots blancs et chocolat noir. Je ne suis pas très habituée avec la cuisine santé même si je connais la base. J’aimerais beaucoup l’être, mais j’ai souvent peur de ne pas aimer ça alors j’ose rarement essayer de nouvelles choses quand c’est nutritif. Pourtant, j’ai déjà envie de refaire la recette chez moi. Je me suis senti moins coupable de manger ce gâteau et c’était bon! J’ai réellement aimé le goût du gâteau et pour moi c’était comme une victoire personnelle.

Photo: Valérie Gay-Bessette Photographie

Après avoir préparé la recette, nous nous sommes retrouvés avec Linda Montpetit pour échanger sur nos inquiétudes parentales pour l’alimentation de nos enfants. Ça m’a beaucoup rassuré de savoir que le fait que je refuse d’obliger mon enfant à manger ce qu’il n’aime pas était correct et même recommandé. Je lui demande toujours de goûter, même si le morceau est très petit. Je préfère miser sur l’effort qu’il met à goûter. Il me dit chaque fois qu’il n’a pas aimé et il a le droit, mais je lui dis toujours « c’est correct, au moins tu y as goûté, c’est ça l’important ». Je souhaite qu’il ait un rapport positif donc je crois que de forcer mon enfant pourrait provoquer l’effet contraire.

Pour les lunchs

Pour les lunchs de ma fille, j’opte plutôt pour la technique de la diversification des coupes. Elle n’a pas la même problématique que mon fils, mais elle se désintéresse facilement alors avec le temps j’ai réalisé que juste le fait de couper les concombres sur le long ou même couper les carottes très très minces comme de mini bâtonnets était gagnant. Sans nécessairement faire de l’art avec les collations, les enfants mangent aussi avec leurs yeux. C’est pourquoi je me dois de varier pour garder son intérêt vivant pour ses collations.

Cette année, la classe de ma fille a fait un projet d’entrepreneuriat en lien avec l’alimentation, qui ressemble beaucoup à Croque Santé. Ils ont fait des recherches de recettes santé, ils ont cuisiné ensemble puis ils ont offert des collations pour certaines classes de l’école en plus de faire un salon de dégustations qui a été un franc succès. J’ai pu voir concrètement ce que ce type de projet apporte à nos enfants. Non seulement ils approfondissent leurs connaissances et développent leur goût, mais ils acquièrent également des habiletés qui les suivront toute leur vie. J’aurais aimé avoir cette chance! C’est donc tout naturellement pour moi de vouloir partager des informations aussi pertinentes que le programme de Croque Santé, car ils investissent dans les adultes de demain et je trouve ça vraiment beau. Métro à mis sur pied Croque Santé en 2012 et rayonne depuis grâce aux enseignants qui chapeautent le tout.

Si vous partagez le même intérêt que nous pour la santé de nos jeunes, vous pouvez en apprendre davantage juste ici. Pour les professionnels en éducation, vous pouvez inscrire votre école pour courir la chance de recevoir une bourse de 1000 $ pour accompagner vos élèves dans ce projet.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.