Vouloir plusieurs enfants

Vouloir des enfants? Vouloir plusieurs enfants? Est-ce que ça arrête un jour ? Je me le demande parce que sérieusement, parfois je me fais peur. J’ai vraiment l’impression que je ne vais jamais être en paix avec le deuil de ne plus concevoir.

Je me souviens clairement de mon agenda au primaire, il n’était pas décoré de la même manière que les autres. Mon agenda était tapissé de photos de bébés que j’avais soigneusement découpées dans le journal lors d’un concours des bébés de l’année. J’aimais également me lever tôt le matin et aller au parc pour rencontrer des parents avec leur bambin. J’espérais pouvoir entrer en relation avec les parents dans le but de jouer avec les enfants par la suite, ce qui me donnait l’impression qu’ils me laissaient « garder ». Il m’arrivait aussi de regarder vision mondiale en me promettant que lorsque je serais adulte, je m’occuperais de tous ces bébés dans le besoin. Dans ma petite tête d’enfant, j’avais déjà un semblant de fibre maternelle qui se tissait en moi.

Mes parents avaient probablement remarqué mon intérêt prononcé à ce sujet pour me dire « STP attends au moins d’avoir 18 ans, si tu veux faire un enfant. » Ce que j’ai fait. J’étais une jeune maman de 18 ans et j’ai toujours su que je le serais. Quand j’y repense, je n’ai jamais vraiment désiré une carrière en particulier, mais s’il y avait bien une chose dont j’étais certaine c’est que je voulais être maman.

Les années ont passé et j’ai eu la chance d’avoir mon deuxième enfant à 23 ans. Aujourd’hui, j’en ai 28 et je rêve d’un petit troisième, d’une quatrième et même d’un cinquième. Oups ! Pourtant, je n’ai pas eu de belles grossesses. Cependant, je suis en totale admiration avec le processus de la création. C’est le voyage d’une vie, celle qui me transforme et qui me fait voir la vie d’une autre manière à chaque fois.

Ma fille a aujourd’hui neuf ans et il n’y a pas une année où je me lasse des étapes de sa vie. J’ai un regard très admiratif pour chaque année qui passe et j’adore voir mon rôle de mère se transformer. C’est d’ailleurs probablement pour cette raison qu’on dit toujours qu’être maman, c’est le plus beau travail du monde.

Mon envie d’avoir une grande famille prend beaucoup plus de place et me semble plus accessible depuis que j’ai pris conscience, dernièrement, qu’il y avait beaucoup plus de grandes familles en 2018 et au Québec que je le croyais. Je rêve d’avoir une grande famille et je l’imagine à travers le temps. J’aime ce que les fratries apportent comme bagage et j’aimerais pouvoir offrir ce cadeau à mes enfants. Je rêve que ma demeure soit le pont à emprunter pour réunir tous ceux que j’aime. Le noyau affectif qui réunirait tous les conjoints et petits-enfants. Je berce cet espoir même si je suis consciente que ça n’arrivera peut-être pas ou du moins, peut-être pas comme je le souhaite. Nous sommes quatre enfants de mon côté alors c’est naturel pour moi de vouloir recréer cette synergie. Toutefois, je comprends que ce n’est peut-être pas l’objectif de tout le monde.

Comment avez-vous réussi à faire ce deuil de vouloir plusieurs enfants? Parce que pour ma part, j’ai le vertige juste à y penser. Je ne veux pas me contenter et passer à côté de ces autres voyages magnifiques.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis d’avis que nous avons une si grande chance de pouvoir donner la vie, et on ne l’utilise tellement pas!!! Pour ma part , je suis encore en ce deuil, voyant mes copines autour (4!) toute belle bedaine, me serre le coeur, mais j’ai choisi un compagnon de vie, qui ne peut envisager avoir d’autre enfant.J ‘en ai quand même deux, merveilleux… J’aurais aimé connaître ces autres petits amours si différents de mes deux premiers!! Oh lala la larme à l’oeil que j’vous dis….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.