Mihaly Csikszentmihalyi

Partagez!
la psychologie du bonheur
Vivre La psychologie du bonheur de Mihaly Csikszentmihalyi Source: Amazon.ca

Dans le cadre de l’un de mes c0urs, je devais lire Vivre la psychologie du bonheur de Mihaly Csikszentmihalyi. Un peu trop de type psychopop à mon avis, ce livre émet quand même certains discours qui peuvent porter à réflexion.

Dans le chapitre 8, l’auteur parle du paradoxe que nous avons entre le travail et les loisirs et comment, malgré que nous associons souvent le loisir au plaisir et non le travail, certaines personnes peuvent vivre l’expérience optimale en travaillant.  Tout dépend, entre autres, du travail et du défi qu’il représente pour le travailleur. Donc, un travail qui serait trop facile et dépourvu de défi pour la personne qui le fait n’aurait aucune chance de faire vivre cette expérience.

On peut lire à la page 209 que « Le travail est une expérience étrange : il procure des moments de satisfaction intense, il donne de la fierté et contribue à l’élaboration de l’identité. » Que peut-on alors pensé des gens qui choisiront le travail le plus facile qui soit afin de s’enlever des tracas ou même, de ceux qui préfèreront ne pas travailler? Et que dire de la pression que ça peut mettre sur les épaules d’une personne qui n’est pas encore totalement certaine de ce qu’elle veut faire dans la vie et pensait peut-être essayer d’opter pour la facilité, un horaire flexible et peu de responsabilités?

En tout cas, je suis beaucoup trop occupée pour penser à ça pour le moment! 😛

Autrice de l’article : Marie

Marie blogue depuis plus de 10 ans pour partager son quotidien, ses coups de coeur et de délicieuses recettes. Elle est maman de 2 garçons, travaille de la maison et adore élaborer de nouvelles recettes!

1 commentaire sur “Mihaly Csikszentmihalyi

    daphi

    (18 avril 2010 - 9:43 )

    hihi, en tout cas, pour l’instant, je suis de ces personnes qui choisit un travail en fonction du salaire, du niveau réduit de responsabilités et de la facilité de celui-ci, afin d’avoir ma tête à moi quand j’arrive chez moi et du temps pour relaxer et faire des choses que j’ai envie qui ne sont pas du matériel d’emploi. je n’ai jamais retiré d’énorme satisfaction de mon emploi, à part le fait de savoir que je gagne ma croûte et paye mes comptes de mes poches et ne compte sur personne pour vivre (ou presque là, j’ai quand même un « oncle » très présent qui me gâte encore, même si j’ai 30 ans LOL)

    voilà 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.