timidité

J’ai une petite confession à vous faire: je suis une personne timide. Voilà, c’est dit! De nombreuses difficultés se dressent sur le chemin des gens qui vivent avec la gêne. Les petites choses à accomplir au quotidien peuvent devenir une montagne. Je sais qu’envier les autres n’est pas bien, mais j’aimerais tellement me retrouver, parfois, dans la peau de quelqu’un qui fonce, qui ose aller droit au but et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds!

Plus jeune, à l’école par exemple, il m’était très difficile de me faire des amis, car je n’allais pas naturellement vers les gens. Je rêvais en silence de faire partie des ”gangs populaires”, mais vous vous en doutez bien, ce n’est jamais arrivé. Je restais dans mon coin en essayant de passer inaperçue. Laissez-moi vous dire que les exposés oraux étaient pour moi un véritable enfer. Lorsqu’ils étaient annoncés en début d’année, j’en avais pour des semaines à vivre de l’anxiété, à avoir mal au ventre et à avoir de la difficulté à dormir.

À plusieurs étapes de ma vie, j’ai souffert de cette timidité. J’ai vécu en retrait une partie de mon existence et laissé filer des opportunités faute de confiance en moi.

Je veux quand même vous donner une lueur d’espoir, chers lecteurs ou lectrices aux prises avec ce problème. Il est possible de travailler sur soi et d’améliorer notre condition. Il faut faire de petits pas à la fois et se donner de petits défis. Surtout, il ne faut pas être trop dur envers soi et ne pas se blâmer si ce n’est pas acquis du premier coup. C’est un long processus. De mon côté, ce qui m’a beaucoup aidé, ce sont les emplois que j’ai occupés dans ma vie jusqu’ici. Étrangement, j’ai fait beaucoup de réception et de service à la clientèle. Je n’ai pas eu le choix d’interagir avec les gens si je voulais bien faire mon travail. J’ai appris à avoir un peu plus confiance en moi et à dépasser ma gêne.

Je suis rendue à 34 ans et je peux vous dire qu’à la base, je demeure malgré tout cette personne timide. J’ai repoussé beaucoup de barrières et j’ai quand même fait du chemin à travers les années, mais j’ai compris que je devais vivre avec mes limites. Je dois vivre avec ma timidité, car elle fait partie de moi! Maintenant, je l’accepte un peu plus!

1 commentaire

  1. Bonjour,
    j’ai longtemps été introverti.
    J’aime pas le terme de timide, je suis plutôt ours solitaire…
    Mais entre un ami proche qui m’a forcé à me décoincé assez jeune (il est ultra extraverti), des conseils qu’on m’a donné tôt pour la prise de paroles en publiques (du genre si tu stress, parler lentement afin de laisser le temps à son cerveau de s’organiser), etc
    J’ai un peu vaincu ma timidité.
    Ceci dit, j’aime toujours pas passer un appel, me mettre en avant, aller vers les autres, …

    Une autre aide qui m’a été précieuse : apprendre à s’accepter, voir même à s’aimer.
    C’est difficile, mais une fois qu’on s’accepte, qu’on accepte nos erreurs, la crainte de l’autre est moins vive.

    C’est d’ailleurs depuis que je me force à être en accord avec moi même que je trouve les relations plus simple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.