CrossFit

CrossFit: avant de débuter

Partagez!

Ça y est : vous voulez essayer le CrossFit. Outre le fait d’être (un peu) intimidé à la vue des habitués s’exerçant à faire d’énergiques pompes la tête en bas ou à marcher sur les mains, à quoi un futur athlète doit-il s’attendre?

S’habituer aux termes anglais

D’emblée, le recours systématique à l’anglais pour à peu près tout le lexique ayant trait au CrossFit peut dérouter un brin, spécialement quand on est amoureux de la langue de Molière. Originaire des États-Unis, le CrossFit s’est répandu à travers le monde en faisant fi des bureaux de traduction.

« Le maintien de l’anglais facilite la communication et la cohérence entre les gyms, explique Karen Laroche, kinésiologue et entraîneuse à l’Usine CrossFit U3R. Que l’on soit au Québec ou à Bali, tous sauront à quoi s’attendre en lisant « clean and jerk » et « HSPU » (Hand Stand Push-Up) au tableau affichant le WOD du jour…

Quelques exemples fondamentaux:

  • WOD (Work Out of the Day): l’entrainement du jour, effectué par tous.
  • AMRAP (As Many Rep As Possible): pour une séquence, effectuer le plus de répétitions en un temps donné.
  • For Time: temps nécessaire pour terminer une série de mouvements déterminée.
  • Rx: inspiré des prescriptions médicales, charges et répétitions « prescrites » pour une séquence donnée.

Cette récurrence et cette cohérence dans le vocabulaire permettent sans contredit aux athlètes de maîtriser rapidement le « langage CrossFit ».

Comprendre la structure d’un entraînement

Karen Laroche l’admet d’entrée de jeu: « la première visite dans un centre de CrossFit peut être une source de stress ». Mais, rapidement, tout se résorbe.

La communauté et la structure du centre permettront rapidement aux athlètes d’être à l’aise. Notons qu’une séance dure toujours une heure, que l’entraînement est entièrement écrit au tableau et que les entraîneurs sont présents et guident les athlètes de A à Z.

Dans la mesure du possible, la kinésiologue conseille aux athlètes d’arriver de 10 à 15 minutes avant leur entraînement, pour discuter avec les partenaires d’entraînement.

Un entraînement de soixante minutes se répartit toujours en trois phases progressives:

  • Réchauffement et mobilité (0-10 minutes): moment préconisé pour communiquer à l’entraîneur toute information susceptible de modifier ou d’entraver la séance (blessure, condition particulière, etc.).
  • Force et technique (10-35 minutes): phase permettant de pratiquer un mouvement précis d’haltérophilie ou de gymnastique. « On met l’accent sur la technique et sur différents éducatifs pour vous permettre d’être le plus efficace», explique Karen Laroche.
  • WOD du jour (35-60 minutes): il s’agit du cœur de l’entraînement, où les athlètes enchaînent une série de mouvements déterminée pour une journée donnée.

Dans tous les cas, les entraîneurs s’assureront de prendre le temps nécessaire pour valider, chez les athlètes, leur maîtrise des techniques et des mouvements du WOD avant de démarrer le compteur, question de garantir efficacité et sécurité dans l’exécution des séries.

Partir à point

Débuter le CrossFit quand on a passé sa vie à pratiquer des sports ou des loisirs éloignés (course à pied, pratique intensive de sofa) exige une saine gestion de ses attentes.

Quand les muscles de vos bras n’ont jamais soulevé davantage que le poids de vos sacs d’épicerie ou de vos enfants, il faut s’armer de patience, et éviter d’aspirer à immédiatement soulever de grosses charges, ou à faire mille et une pirouettes.

Le corps se rappelant aisément des entraînements (!), peut-être débuterez-vous à raison de deux séances par semaine, fréquence qu’il sera possible d’ajuster au fil des mois, selon votre volonté. Rien ne presse.

Petit à petit, en acquérant force, technique et confiance, il sera possible de progresser. Garder le cap, ne point se décourager, affronter l’inconnu tout sourire, tout volontaire est un travail quotidien. Et un jour, vous réaliserez que vous êtes plus forts, que vous avez atteint une étape supplémentaire dans l’exécution d’un mouvement, et vous serez à même de constater le chemin parcouru.

Pour en savoir plus sur le sujet, allez lire les articles suivants:
CrossFit: développer son potentiel
CrossFit : au-delà des apparences

Merci à Karen Laroche, kinésiologue, entraîneuse et copropriétaire de l’Usine CrossFit U3R à Trois-Rivières, pour sa collaboration.

Autrice de l’article : Ellie

Avatar
Ellie marche beaucoup et court un peu, lit sur des sujets qui n'ont plus rien à voir avec ses études, fait du crossfit, du yoga et médite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *