charge mentale

Le sentiment de culpabilité c’est quelque chose qui fait partie de mon quotidien. Je ne crois pas être la seule, je me trompe? À la minute où l’on devient maman, on pratique ce sport quotidiennement! C’est un poids de plus qui s’ajoute à notre charge mentale…

C’est quelque chose de tout à fait normal, mais assez lourd à porter quand le boulet est attaché trop serré à notre cheville. Sans vouloir exclure les hommes de cette réalité, je nous trouve drôlement expertes dans ce domaine, nous, les femmes. Il y en a même qui culpabilisent de culpabiliser! Non, mais t’sais, donnez-vous une chance les filles ! Pour moi, c’est vraiment le gros facteur qui nuit à mon épanouissement personnel. Je suis consciente que ce n’est pas évident de diminuer notre culpabilité lorsqu’on est maman parce que chaque décision que nous prenons aura un impact sur nous, sur nos enfants et sur la dynamique familiale. C’est comme si on multipliait la lourdeur du boulet par 3, chaque fois.

On nous dit de penser à soi même et je partage cette ligne de pensée, mais lorsque je le fais, je compense grandement auprès de ma famille tout juste après, comme si j’essayais d’équilibrer le tout. Il me faut du temps, je le sais, je le sens. Je ne suis pas uniquement une collègue, une conjointe ou une maman, je suis une femme à la base de tout ça et j’ai parfois l’impression de ne pas la connaître encore.

La plupart du temps, nous ne sommes pas objectives et nous sommes très sévères envers nous-mêmes alors qu’on en fait beaucoup (trop?) parce qu’on se prend la tête avec des détails futiles. J’irais même jusqu’à dire que bien souvent, « less is more ». C’est comme dans n’importe quoi, il faut prioriser la qualité plutôt que la quantité. Nous voulons tellement être bonnes que tout est synonyme de performance de nos jours. Plus de stimulation, plus d’argent, plus de comparaisons et plus de stress aussi !

Quand j’ai réalisé que j’essayais de me transformer en super-maman parfaite, j’ai bien vu que je tournais au ridicule. Il fallait que je contrebalance le tout avant d’exploser. Je me suis donc mise à me poser des petites questions magiques. Elles m’ont beaucoup aidée à dédramatiser ce qui ne l’est pas et à prioriser l’essentiel. Ma charge mentale a grandement diminué depuis. Je ne pensais pas que ce serait rapide à ce point pour être bien honnête, mais ça fonctionne. Demandez-vous si c’est grave et quelle conséquence la situation en question pourrait avoir. Vous serez surpris de constater qu’il y a peu de choses qui sont graves dans tout ce que vous vous infligez sur une base régulière. Vous découvrirez du même coup que quand on parle de « vivre mieux avec moins », ça inclut la charge mentale aussi.

Plus vous vous déchargerez de toutes ces pertes d’énergies et plus vous serez créatifs, agréables et “performants”.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.