relation avec les autres

Ça m’a pris des années avant d’être capable de me voir égale aux autres. Ma relation avec moi-même était difficile, rendant difficile ma relation avec les autres. Je sais je ne suis pas une mauvaise personne et que j’ai plusieurs qualités dont je suis fière, mais avant, c’était plus fort que moi, chaque fois que j’admirais une personne, je me diminuais automatiquement. C’est comme si je perdais de la valeur chaque fois que quelqu’un en gagnait dans mon coeur. C’est une manière bien douteuse d’admirer les gens, j’en conviens. Encore aujourd’hui, je le ressens parfois dans ma relation avec les autres, mais beaucoup moins parce que j’en ai pris conscience et que je me parle souvent.

Avant, je pouvais me sentir rapidement intimidée quand je devais interagir avec des personnes dont j’admirais le travail. Intimidée au point où je limitais au maximum mes interactions avec ces personnes dans le but de diminuer les chances d’avoir l’air ridicule… pis ça c’est dans tous domaines confondus. J’ai également refusé beaucoup d’invitations entre amies parce que j’avais peur de me sentir “moins” à leur côté. J’avais peur qu’elles me trouvent bizarre, plate et même stupide alors je préférais rester seule même si j’avais clairement envie de passer du temps avec elles. J’ai laissé mourir des amitiés qui m’étaient chères juste parce que j’avais peur de décevoir. Dans le fond, l’estime que j’aurais dû avoir pour ma personne, je la donnais au complet aux autres.

J’avais honte de mon corps, de mon linge, de ce que je possédais, de mon parcours, de mon budget alloué aux sorties, etc. Tout était sujet à être moins bien que les autres. Chaque fois, je me disais que l’an prochain ça serait mieux et que du coup je serais en mesure d’avoir l’air “comme les autres” mais ça n’arrivait jamais.

Plus ça allait, plus je m’isolais. Je suis devenue désagréable. Chaque fois que je devais aller au magasin, j’étais fâchée alors que normalement j’ai un tempérament plutôt enjoué. Je me protégeais, j’avais peur d’être jugée.

J’avais une peur bleue de croiser quelqu’un que je connaissais. J’allais même jusqu’à marcher dans les petites rues pour diminuer les chances de croiser des gens qui pourraient me reconnaître. J’avais l’impression d’être jamais assez et je voulais épargner les gens d’être vu en ma compagnie. Jamais assez belle, jamais assez d’argent pour dépenser, jamais assez intéressante pour discuter. Je ne voulais pas qu’ils aient honte d’être en public avec moi. C’est horrible quand j’y pense, de se détester à ce point.

Aujourd’hui, ça va mieux. Je suis en meilleure relation avec moi-même, alors ma relation avec les autres se porte mieux. Je commence tranquillement à voir des amies et je n’ai plus ces craintes qui contaminent mes pensées. L’écriture a été mon véhicule principal pour reconstruire l’estime que j’avais perdue avec le temps. Je n’ai plus besoin d’attendre l’approbation de personnes, je me sens suffisante, intéressante et complète. Chaque jour, même quand je me sens moins productive. J’assume maintenant ma personne en entier et ça rend mon cœur tout léger de recommencer à m’aimer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.