mères indignes

Ça fait un moment que je veux partager cette réflexion que j’ai mise en mots il y a quelques mois. Je me retenais, mais bon… je me lance!

Je ne suis pas parfaite. Ni comme femme, ni comme maman, ni comme blonde, ni comme être humain. Je suis moi-même avec mes petits défauts fatigants et mes belles qualités humaines.

Je suis consciente de mes défauts et j’essaie tant bien que mal de les améliorer pour devenir une meilleure personne.

Je veux surtout être une très bonne maman. J’apprends au quotidien à m’adapter à mon enfant qui évolue à la vitesse grand V. Je ne me félicite pas si j’ai un peu haussé la voix pour lui dire pour la 32e fois de ne pas lancer ses jouets ou de s’asseoir pour manger.

Par contre, je suis profondément irritée par les femmes qui se vantent, se définissent ou se qualifient d’être des mères indignes. Comme si le verre de vin était devenu le seul remède miracle pour oublier toutes les « conneries » que leurs enfants ont pu faire dans la journée. Ne vous méprenez pas, je l’aime en mautadine mon verre de blanc en préparant le souper, mais je n’aime pas me définir comme une mère « pu capable ». La famille qu’on s’est construite au fil des ans, c’est la nôtre, c’est notre havre, notre cocon, notre fondation… on l’a choisi! Ce n’est pas un patron désagréable ou exigeant qui nous casse les pieds, ni des collègues qu’on n’a pas choisis, ou l’heure de trafic qu’on s’est tapée en se rendant au travail.

Pourquoi ce besoin de pester et de chialer à propos de ses enfants? Pourquoi encenser et crier haut et fort que nous ne sommes pas des mères parfaites? Évidemment qu’on ne l’est pas, mais pourquoi avoir autant besoin de le partager? Pour se déculpabiliser?
Je crois au contraire qu’on devrait s’aider et partager nos expériences, plutôt que de banaliser nos gestes moins remarquables sur les réseaux sociaux.

Quand je me sens impatiente par rapport à un comportement de mon fils de deux ans et demi, j’essaie de respirer (ou de soupirer comme dirait mon chum) et de me rappeler que c’est temporaire, que c’est normal, qu’un enfant expérimente, découvre, forge son autonomie, développe sa capacité à prendre des décisions… il ne s’est pas levé ce matin en se disant qu’il allait tout faire pour me mettre « à boutte »! Alors je respire puis je me remémore le « je t’aime aussi maman d’amour » qu’il m’a dit en me faisant un câlin de cuisse quand je me brossais les dents plus tôt dans la journée… et ça passe. Non je n’ai pas 4 enfants ni une job de 60 heures, ni un cours de yoga chaud qui vient avec, mais si c’était le cas, je ne mettrais pas ma vie et mes choix d’adulte sur le dos de mes enfants.

Nos enfants ne seront jamais des bibelots dans une bibliothèque bien rangée… et heureusement! C’est eux qui mettent de la vie dans la maison, qui bousculent nos certitudes absolues, qui remettent en question nos choix, qui brassent nos valeurs et qui chavirent nos cœurs.

Et moi, je m’engage à être une maman honnête qui fait simplement de son mieux et qui n’a pas besoin de s’alimenter sur les réseaux sociaux sur les maladresses et exaspérations des mères indignes et pu capables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.