Si l’on m’avait dit que j’irais en Martinique un jour, j’aurais eu de la difficulté à le croire. Pas que je boude les Caraïbes, mais simplement parce que j’aime davantage les voyages culturels que de soleil. La Martinique n’était donc pas sur ma « liste ». Pourtant, elle est une combinaison parfaite de tout ce que j’aime en voyage : découvertes, histoire, saveurs, paysages et rencontres…avec en prime, le soleil!

Ce qui nous frappe en arrivant, c’est l’accueil chaleureux. C’est cliché, mais c’est vrai! Et lorsqu’on voyage beaucoup, on se rend compte qu’on ne le reçoit pas partout! Par exemple, j’ai adoré les pays de la Scandinavie…mais je ne peux pas dire que j’ai pu avoir un échange avec les gens sur place. En Martinique, on descend de l’avion et on est accueillis à bras ouverts, sourire au visage. On les comprend toutefois d’être si heureux, vivre dans une si belle île et dans un tel climat, ça met de la joie dans un quotidien.

Une histoire fascinante

Si vous êtes amateurs d’histoire comme moi et que vous aimez comprendre le pays que vous visitez, vous serez servi en Martinique, car partout où vous irez, on vous parlera de son passé et de ses répercussions sur le présent. Des beaux côtés et des moins jolis, comme dans tout endroit sur le globe. Comme l’esclavagisme, par exemple. Un sujet délicat qui est tout de même un passage obligé si vous visitez la Martinique. Impossible de fermer les yeux devant ce pan de l’histoire, même s’il est affreusement triste. Le meilleur moyen de le comprendre est de se rendre à la Savane des esclaves, un projet mené de main de fer par Gilbert Larose, un Martiniquais qui a voulu que les gens se souviennent de ce qui s’est passé. Bien sûr pour que l’histoire ne se répète pas, mais surtout pour savoir d’où on vient. Un projet qui a pris plus de 10 ans à bâtir. Forcés à travailler dans les plantations de coton, de café, de canne à sucre et de tabac, les esclaves vivaient dans des « cases », dormaient à même le sol et mangeaient une seule fois par jour pour la plupart. Comme tout a été recréé dans ce village d’antan, on comprend réellement les conditions dans lesquels ils vivaient. Un autre lieu touchant est le Mémorial aux Esclaves.

Le rhum de la Martinique

Je ne m’en cacherai pas, j’aime bien goûter les différents alcools et surtout voir leur procédé de fabrication. Je ne sais pas pourquoi, ça m’a toujours fascinée! Du temps où j’habitais en France, c’était même un facteur de choix d’une destination: Porto, Champagne, Bordeaux… J’ai toujours aimé voir le processus du champ à la bouteille. Je ne suis toutefois pas friande de rhum. L’alcool fort, très peu pour moi. J’ai donc eu une initiation un peu pénible au « ti-punch », le cocktail local traditionnel qu’il faut apprendre à se préparer soi-même. Ne vous inquiétez pas, on vous le montrera rapidement. Le concept est simple. On coupe une lime bien fraîche, on en presse un quartier au fond d’un petit verre. On ajoute du sucre de canne pur ou du sirop de canne, puis, à notre guise, un, deux ou trois doigts de rhum. Ne faites pas comme moi et n’y allez pas pour quatre! Mon premier contact avec le « ti-punch » n’a pas été concluant. Il était très fort et j’avais la bouche littéralement en feu. J’étais ensuite un peu refroidie jusqu’à ce que j’y goûte à nouveau, à l’Habitation Clément. Préparé par un jeune barman (assez mignon!), mon « ti-punch » était vraiment délicieux: très limé, sucré et fait à partir du rhum Canne Bleue 2015. Un régal! Je le remercie, il m’a réconciliée avec le rhum! J’aurais bien aimé visiter des distilleries de rhum, mais lors de notre visite à l’une d’elles, elle était fermée en raison d’un jour férié. Ma visite à l’Habitation Clément m’a quand même permis de voir une ancienne distillerie et des chais.

Nature luxuriante

La nature et les paysages sont un autre critère important pour mes destinations. Avec son volcan (montagne Pelée), ses arbres gigantesques, sa forêt tropicale et son magnifique rocher en pleine mer (Le Diamant), j’étais choyée. J’adore aussi voir des plantations et oui, j’aime bien nos pommiers, mais voir pousser des bananes, des avocats, des oranges, des citrons, du café, c’est tellement impressionnant! Et la canne à sucre! Bien qu’elle fascine, retenez-vous d’y toucher, je l’ai appris à mes dépens. J’ai voulu la toucher et je me suis retrouvé les mains couvertes de petites aiguilles semblables à des échardes. Ouch! Et les fleurs… vous serez éblouie par la floraison de l’île!

Les plages

Je ne suis pas un fan de plages. En fait, un voyage uniquement de plage m’ennuie. Paradoxalement, un voyage sans voir la mer provoque un vide en moi. J’ai besoin de la voir, de l’entendre, de la sentir et de la toucher. Je ne suis pas non plus une grande baigneuse. Peut-être que le fait de m’être presque noyée à 4 ans y est pour quelque chose? Quoi qu’il en soit, je suis plus « frileuse » à me baigner en mer, mes pieds doivent toujours toucher le sol et le courant ne doit pas être trop fort. J’aime moins aussi la compagnie des poissons. Étant une île, la Martinique propose des plages toutes différentes. Chacune avait tout un petit quelque chose de spécial. Celle du Carbet était fantastique pour l’ambiance nightlife, vraiment branchée, mais l’entrée dans l’eau était un peu douloureuse à cause des petites roches. Le coucher du soleil y est toutefois splendide. Ma préférée de tous : celle de Pointe Marin avec son eau turquoise, ses petites boutiques et ses tables parasols installées en plein dans l’eau. Ce qu’il y a de bien en Martinique est que toutes les plages sont publiques et gratuites.

Concernant les saveurs, mon restaurant coup de coeur a été Ti Sable avec son décor magnifique en bordure de mer. J’y ai dégusté un divin tartare de thon et une délicieuse fricassée de chatrou (poulpe). Fervente de poissons et fruits de mer…j’étais littéralement au paradis!

Marilyn a été invitée par le Comité Martiniquais du tourisme

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.