Retour à l'école maman

Vous aurez peut-être remarqué que nous avons été plus discrètes ces derniers temps. Nous avions une bonne raison, plusieurs mamans de l’équipe de Marginale et heureuse ont fait un retour aux études. Après quelques années à la maison ou au travail, nous avons décidé de retourner sur les bancs d’école pour améliorer nos compétences, se réorienter ou même pour approfondir certains sujets qui nous passionnent. Ça a été long, très long pour moi de prendre cette décision. Je devais d’abord trouver le BON domaine d’études, puis un type de formation réalisable avec une vie de famille pas mal occupée. Avec la rentrée à l’école de ma plus jeune cette année, ça m’a permis de concilier travail autonome-famille et études pas mal plus facilement et permettre aux enfants d’éviter le service de garde autant le matin et le soir que le midi.

Je me suis donc inscrite à Extra formation continue du Cegep de LaPocatière, qui me permet d’étudier de la maison, à temps plein de façon hybride (synchrone et asynchrone). Si vous envisagez aussi un retour aux études, il y a une tonne d’options sur le portail de la formation à distance. J’ai enfin déjà fini mon dernier cours et à ma grande surprise, ça s’est plutôt bien passé.

Vous hésitez? J’ai demandé à l’équipe de répondre à quelques questions. Sur le coup, Marie-Noëlle, qui venait tout juste de commencer, me disait qu’elle ne serait pas de bon conseil parce qu’elle était vraiment désorganisée dans les premières semaines. Je trouvais ça important d’avoir plusieurs points de vue différents afin de vous peindre un portrait ultra réaliste qui vous permettra de faire un choix éclairé et d’être prêtes à tout pour que ça fonctionne bien. Ne vous inquiétez pas pour elle, ça va déjà mieux, elle en a de l’expérience en conciliation toute! <- Marie-Noëlle fait dire « Lol ».

Quels sont les plus grands défis auxquels tu fais face?

Amélie : D’abord, ce fut de reprendre confiance en mes capacités. J’étais convaincue que puisque j’avais délaissé les études depuis si longtemps, ce serait trop dur pour moi de m’y remettre… que j’aurai perdu beaucoup d’acquis. Une fois les premiers travaux et examens passés, j’ai compris que j’étais capable de réussir avec brio. Les impondérables qui venaient perturber mon horaire (annulations et reprises de cours) m’ont aussi causé beaucoup de stress, mais les enseignants ont été très accommodants.

May : L’organisation! Mes enfants sont les meilleurs chargés de projets au monde. Ils savent très bien comment occuper les journées. Ils tiennent pour acquis que je suis disponible en tout temps. Je veux être disponible pour eux alors c’est mon temps d’étude qui en prend un coup.

Jade : La conciliation famille-études. La routine en général. J’étudie à partir de la maison donc, je suis toujours ici et je vois le même décor à longueur de semaine. C’est redondant parfois hihi!

Marie-Noëlle : Réorganiser mon horaire de maman-qui-travaille-de-la-maison-et-qui-s’implique-dans-plein-d’affaires. J’ai ce besoin, à la base, d’être très organisée, de tout noter… parce que ma mémoire ne « suit plus » vraiment depuis quelques années. L’ajout de lectures à faire et de travaux à remettre a pris quelques semaines d’adaptation. Je m’en suis surtout rendu compte lorsque j’ai eu ma première note de la session… une note désastreuse (pour moi). Je me suis dit : Bon, y’a quelque chose qui ne fonctionne pas, je dois m’organiser d’une autre façon!

Quels sont les points positifs de ton retour aux études?

Amélie : Outre les nouvelles compétences développées dans le cadre du cours et la confiance en moi qui est revenue, je dirais que l’image projetée aux enfants a aussi été un point positif. Je crois qu’ils ont pris conscience que mes études (et les leurs) étaient importantes et qu’on devait travailler fort pour y arriver. Bon, j’ai eu droit à un « franchement, tu aurais pu te forcer » quand je célébrais une note de 98 %, mais mes grands étaient bien fiers de leur mère pareil. 😉

May : C’est mon échappatoire mentale. J’ai trois enfants qui ont des besoins particuliers. La plupart du temps, je le vis assez bien. Mes études m’aident beaucoup. Ça me permet de fuir un peu sans quitter la maison. J’aime me dépasser intellectuellement. Certains vont courir, moi, j’étudie.

Jade : Ayant eux mes enfants très jeunes, je n’avais pas vraiment le choix de faire un retour aux études. Le point positif est que je suis pratiquement certaine à 100 % de mon choix de carrière.

Marie-Noëlle : J’ai VRAIMENT du plaisir à être de retour en mode « études ». J’ai 34 ans, je sais ce que j’aime dans la vie, je connais assez bien mes forces et mes faiblesses. Ce programme-là, je l’ai choisi en connaissance de cause. Je fais mes lectures dans la joie et je tripe à réaliser mes travaux!

Quels sont tes trucs pour t’organiser ou trouver le temps pour étudier?

Amélie : Mes cours ayant lieu les soirs de semaine, en direct, de la maison, c’était difficile de se concentrer avec les enfants à la maison. Mon mari a donc pris l’habitude de faire une sortie à la bibliothèque toutes les semaines avec eux. Ça me permettait de bien me concentrer sur la matière et quand ils revenaient, c’était déjà l’heure pour eux d’aller au lit. J’ai aussi dû faire des travaux la fin de semaine alors j’attendais que les enfants soient tous occupés à des jeux calmes avant de m’y mettre. J’ai été agréablement surprise d’à quel point ils ont été compréhensifs et accommodants pendant cette période. Après tout, ils avaient l’habitude que je sois disponible pour eux en tout temps avant.

May : La mère un peu poche qui couche ses enfants tôt même la fin de semaine, c’est moi. J’utilise aussi le service de halte répit de la maison de la famille pour avoir le temps d’étudier dans la journée une fois par semaine. Il m’arrive aussi de me dire que Passe-Partout, c’est bien assez éducatif pour laisser mes enfants en regarder deux de suite.

Jade : J’étudie lorsque les enfants sont à l’école et le soir, une fois qu’ils sont couchés. Bref, je suis à nouveau plongée dans mes livres dès que j’ai un moment!

Marie-Noëlle : J’ai eu à faire des choix. J’en ai encore à faire, d’ailleurs. Dire non plus souvent, repenser mes implications bénévoles pendant le temps de mes études, faire un peu de lecture le soir avant de tomber dans Netflix… (Je pourrais couper Netflix complètement, mais vers 22-23h, je commence à être moins efficace, alors je me divertis au lieu d’étudier!)

Vous hésitez encore? N’hésitez pas à nous poser vos questions dans les commentaires ou nous contacter par Facebook. Il nous fera plaisir de vous supporter. Vous avez tout ce qu’il faut pour réussir, c’est certain!

Pour épingler sur Pinterest:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.