Éducation à domicile

L’année scolaire est terminée depuis un peu plus d’un mois pour nous et il est venu le temps de faire un petit bilan de l’année. Je ressens le besoin de faire ce petit exercice pour voir notre année dans sa globalité.

Pour vous mettre en contexte, j’ai retiré ma fille de l’école lorsque ma fille a terminé sa quatrième année. Cette décision a été prise après avoir tenté plusieurs solutions à certaines problématiques qui perduraient depuis la maternelle. Pour mon fils, c’est un tout autre scénario. Nous avons pris la décision de faire l’éducation à domicile à la fin novembre alors que j’avais déjà commencé avec ma plus grande depuis septembre. Il n’y avait aucune problématique le concernant, seulement, mon fils avait envie lui aussi de vivre cette expérience avec nous. J’étais très heureuse de savoir qu’il était intéressé lui aussi à prendre part à cette expérience parce qu’étant donné que je suis très sensible à la justice/égalité, je me sentais toujours injuste d’offrir plus de mon temps à ma fille lorsqu’il allait à l’école.

On dit que la première année d’éducation à domicile est plus difficile, simplement parce qu’en général les familles tentent de trouver leur propre rythme et de connaître leurs limites. Ça demande quand même une adaptation et une réorganisation. Toutefois, je n’avais aucunement peur de ça. J’avais des peurs, mais celle-ci n’en faisait pas partie. Mes inquiétudes étaient légitimes, mais surtout très influencées par les propos des autres qui ne connaissent rien à l’éducation à domicile. Même si je n’ai pas eu cette peur, je n’ai pas échappé à ce moment d’adaptation et même quand j’ai cru avoir finalement développé notre routine, elle a changé! Je pense avoir eu au moins 3 routines au courant de l’année, sans blague! Je crois toutefois qu’il y a quelque chose de normal dans cette particularité. Je pense même la revivre cette année parce qu’il y a parfois des opportunités qui se déclarent à la dernière minute puis la température et nos humeurs l’affectent aussi.

Pendant l’année, j’ai jonglé avec deux opposés. J’ai voulu d’abord éduquer les gens, mais j’ai aussi voulu me faire très discrète (comme si j’étais illégal haha!) Après 1 an à être affectée par les opinions des autres à ce sujet, je pense avoir développé une sorte de protection émotionnelle. J’en parle seulement à ceux qui entreprennent la conversation et me questionnent. Je n’essaie pas de les convaincre et je réponds seulement à leurs questions. Ça m’évite de perdre mon énergie inutilement.

L’idée d’être à temps plein avec mes enfants m’a fait un peu peur au début. J’ai toujours ressenti beaucoup de plaisir à être en leur compagnie, mais de là à vouloir être avec eux 24 h/24 m’effrayait un peu. Finalement, après avoir tenté l’expérience, ce n’est pas aussi intense que je le croyais et j’ai ma petite hypothèse :
les enfants éduqués à domicile ont habituellement un horaire qui est davantage axé sur le rythme naturel de leur corps. Étant donné qu’ils ont généralement un rythme de vie moins effréné, j’imagine qu’ils réagissent moins en termes d’opposition. C’est une hypothèse personnelle évidemment, mais je crois que c’est logique aussi.

Mais attention, je ne dis pas que c’est toujours facile et agréable, que de porter le chapeau de mère et de parent – éducateur est facile et fait pour tous. Il y a des périodes moins évidentes que d’autres où le doute m’a rongé par en dedans. D’où l’importance des groupes de soutiens dans notre quotidien. Je n’ai pas cru bon de participer à chaque grosse activité qui incluait beaucoup de familles, pour respecter les besoins et limites de mes enfants. Je crois cependant qu’une fois de temps en temps, c’est important. Autant pour les parents que pour les enfants, rencontrer de nouvelles familles permet de faire naître des amitiés et l’entraide arrive naturellement. Je n’avais jamais connu de telles relations avec les autres parents que j’ai rencontrés depuis la naissance de ma fille. L’émotionnelle en moi n’en revient pas encore parfois. Haha! Une journée les enfants vont chez des amis et une autre ils viennent chez moi, c’est assez courant comme pratique. Pour moi, c’est un très gros avantage.

Comme vous avez pu le constater, j’ai beaucoup apprécié notre année. À un point tel qu’on le fera à nouveau alors que l’an dernier nous avions fait ce choix en nous disant que c’était seulement pour une année. Mes enfants m’ont répété tant de fois à quel point c’était leur plus belle journée de leur vie! J’ai vu de mes propres yeux la différence sur mes enfants entre apprendre par intérêt ou par obligation et ça m’a convaincue. J’ai développé une plus grande confiance envers les enfants et leur potentiel. Notre rythme de vie d’avant ne nous permettait pas de voir, comprendre et savourer ce que nous avons vécu cette année. J’ai grandi autant que mes enfants dans cette aventure et j’ai appris tant de choses pertinentes. Toutefois, je me questionne beaucoup pour la prochaine année. Malgré tous les beaux et bons côtés que nous apporte ce choix, le nouveau ministre de l’Éducation est venu jouer avec nos nerfs pendant plusieurs mois. Honnêtement, il a créé une lourdeur qui me pèse encore à ce jour. Et comme le Québec est un peu en retard comparativement aux autres provinces en termes d’allocations pour aider les familles d’éducation à domicile, financièrement l’équation de ces deux facteurs n’est pas idéale pour moi.

Il est encore tôt pour prendre une décision pour l’année 2020-2021, mais, peu importe la décision que je prendrai, je sais pertinemment que nos deux ans d’école maison auront été riches, diversifiés et très bénéfiques pour mes enfants.

Pour épingler sur Pinterest:

1 commentaire

  1. Merci ton texte me donne tellement de l’énergie pour amorcer ma première année d’école maison avec ma cocotte de 9 ans pour sa quatrième année. Moi aussi depuis sa maternelle que le même problème perdure ce fut pire en troisième année. Jaimerais bien savoir si le tien ressemblait au mien.
    Ma peur que ca lui manque d’être avec d’autres enfants, le contexte école, vu qu’elle l’a vécu. Et aussi peur de ne pas être à la hauteur moi.
    Je voudrais moi aussi avoir une famille au moins près de moi pour discuter, échanger lors se cette année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.