Je suis comme une tempête

Partagez!

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les intempéries sont si facilement identifiables aux émotions ? Moi oui. Et si nous avons associé la nature à une symbolique maternelle pour sa caractéristique nourricière, j’en conclus qu’il serait aussi naturel de m’associer aux tempêtes.

Une tempête, c’est quoi exactement ? Dans un jargon commun, on parle d’un phénomène dont l’énergie est tirée de l’instabilité ou d’une rencontre de deux opposés. Le lien que je fais avec les femmes et les tempêtes est simplement la réaction naturelle qui se produit lorsqu’il a une divergence d’opinions ou une inconstance.. Je vois les tempêtes comme une manifestation de la force des femmes qui tentent plus souvent qu’autrement de se faire entendre et respecter dans leurs limites et leurs besoins.

Au quotidien, je réalise que je suis sensible au temps qu’il fait, mon humeur n’est pas toujours affectée, mais il est vrai que je remarque une certaine influence. Et d’aussi loin que je me souvienne, nous n’avions aucune difficulté à faire des associations temps vs émotions. Depuis notre enfance nous associons la pluie à la tristesse, les orages au mécontentement, le soleil à la bonne humeur, l’arc-en-ciel à une joie éphémère, le vent aux revirements de situations, le temps gris à nos moments maussades, mais qu’advient-il de la neige et la grêle ? Est-ce le résultat du détachement émotionnel ?

C’est difficile d’aimer les tempêtes. Nous avons le réflexe de voir seulement les répercussions de celles-ci, mais rares sont ceux qui vont prendre le temps de se questionner sur leur propre responsabilité en termes d’éléments déclencheurs. Dans le même sens que nous (les humains) abusons des ressources de la terre sans conscience et que nous continuons de nous indigner face aux catastrophes naturelles. Honnêtement, avez-vous déjà remis en question votre consommation abusive lors d’une annonce d’une tempête dévastatrice ? Je ne crois pas. Il est plus facile de s’indigner que de prendre conscience de sa propre responsabilité.

Nous associons les tempêtes aux qualificatifs négatifs parce qu’elles bousculent les évènements de nos vies, mais si ont les catégorise d’instables c’est seulement parce que nous n’en avons pas le contrôle. Si dame nature est une femme, les tempêtes en sont une aussi. La terre est ma mère et je suis sa tempête. Je bouscule certaines situations, je réagis à l’ignorance, le mépris, l’injustice et la persécution. Je fais miroiter le déni des gens et je suis ici pour faire avancer ces causes. Comme une tempête, je suis sensible… mais forte !

Autrice de l’article : Sabrina Fortin

Sabrina Fortin
Hyperactive de la pensée et du corps, absorbée par la stimulation des sens et des émotions et mère de deux précieux de 7 et 12 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *