Dans un musée près de chez vous

Partagez!

« Est-ce que quelqu’un a envie d’aller à un lancement de recueil de poésie au Musée d’arts de Joliette? »

Pourquoi pas! C’est en répondant à Amélie que j’irais entendre des poèmes que j’ai eu la chance de rencontrer Julie Armstrong-Boileau, responsable des communications au Musée d’art de Joliette. J’ai participé à plusieurs événements dans ma vie et je n’ai que très rarement été aussi bien accueillie qu’au musée de ma petite ville de Lanaudière. Même si, pour toutes sortes de raisons, je n’ai pas pu assister à d’autres événements, lorsqu’il a été question de permettre la réouverture des musées, écrire à Julie pour prendre des nouvelles de l’art et la culture m’a semblé naturel. 

On le sait et on le répète régulièrement, la situation actuelle est émotionnellement difficile pour beaucoup de gens. Rester actifs, connectés les uns aux autres, créatifs, c’est un défi de taille. La réouverture des musées est une excellente nouvelle. Aller nourrir son esprit de la façon dont d’autres expriment leur vision du monde, c’est une façon de s’y connecter.

Malgré un agenda chargé, parce que, malgré tout, le Musée d’art de Joliette est resté très actif, Julie a accepté de répondre à mes questions. Pour respecter les mesures sanitaires mises en place par le gouvernement et la santé publique, cette entrevue a été réalisée par courriel. 

Si vous aviez eu à défendre les musées comme un service essentiel, quels auraient été vos principaux arguments?

L’art fait du bien. L’art permet aussi de penser le monde, de le voir autrement. Et cela aussi fait du bien, en particulier durant des périodes troubles comme une pandémie.  

Musée en quarantaine, par exemple, lancé 4 jours après la fermeture des musées en mars 2020 et toujours actif, s’est avéré être un contact précieux pour plusieurs personnes qui semaine après semaine et mois après mois nous envoyaient des créations en lien avec nos thématiques. Ce projet a constitué un dialogue très vivant et stimulant, une sorte de présence, un phare de réflexion et de créativité, pour les participant.e.s et pour notre équipe également. De plus, le MAJ offre un Camp de jour estival depuis plusieurs années. L’été dernier, nous avons dû être très proactifs et résilients pour conserver le camp. La plupart des camps de jour au Québec ont été annulés. Nous avons réussi à tenir le nôtre, car nous croyions que les familles en avaient bien besoin à ce moment-là. Enfin, en offrant notre espace à des projets interculturels comme la murale d’Eruoma Awashish, à la mémoire de Joyce Echaquan et réalisée en collaboration avec le Centre d’amitié autochtone de Lanaudière, nous croyons que le Musée joue un rôle de réflexion sociale essentiel. 

Mis à part les visites libres avec mesures de distanciation physique et sanitaires, quelles activités sont prévues au calendrier si la situation actuelle reste stable ou s’améliore?

Les musées peuvent maintenant ouvrir leurs salles d’exposition au public. Or, les rassemblements et les activités de groupe sont toujours proscrites. Nous poursuivons donc nos activités culturelles… en ligne. Notre offre fonctionne super bien : matinées créatives pour les famillesconférences en ligne gratuites avec des artistes et des historien.ne.s de l’art, Relâche créative en ligne et même… un voyage au McCord… en ligne lui aussi. 

Au Musée, il est possible de réaliser le parcours pour enfants « Mission pirate! » durant lequel les enfants découvrent chef-d’œuvre après chef d’œuvre à l’aide d’indices qu’ils trouvent sur une fiche plastifiée (désinfectée). On peut aussi, en solo ou en famille, profiter de la nouvelle Aire éducative Famille René Préville pour lire ou réaliser des activités autonomes, suggérées par des affichettes. 

Sans oublier Musée en quarantaine, qui aura un an au mois de mars et auquel on peut participant en réalisant une création à la maison en s’inspirant du thème du mois et de contenu riche et varié sur le blogue de la plateforme www.museeenquarantaine.com 

Toutes nos activités sont listées ici : https://www.museejoliette.org/fr/activites/ 

Avez-vous un coup de cœur personnel pour un artiste exposé actuellement? 

Nous croyons que le travail généreux et collaboratif de Nicolas Fleming est extraordinaire. Nous lui avons lancé le défi d’actualiser une collection de bronzes historiques (des grands sculpteurs québécois Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, Alfred Laliberté et Louis-Philippe Hébert), chose qu’il a fait en concevant une oeuvre monumentale, une maison en matériaux bruts, qui s’inspire de la Maison Antoine-Lacombe, un magnifique bâtiment historique situé tout près du Musée.

Un mot à adresser aux gens pour les inciter à visiter un musée malgré la situation actuelle?

Les musées sont des lieux très sécuritaires, avec un système de ventilation à la fine pointe (conçu pour contribuer à la conservation des œuvres d’art pour l’éternité – n’est-ce pas là l’une des missions des musées!). De plus, les équipes des musées sont habituées à établir et à respecter des protocoles. Pensons ici au protocole sanitaire, qui est notre préoccupation actuellement. Revoir des œuvres d’art en vrai fait tellement de bien, l’équipe du Musée est très heureuse de pouvoir accueillir de nouveau les visiteurs. Nous avons également mis en place une billetterie qui permet de réserver son billet horodaté : https://www.museejoliette.org/fr/information/

Autrice de l’article : May Nadeau

May Nadeau
Maman homeschooler de trois enfants un peu sauvages, May a élu domicile dans une petite ville du nord de Lanaudière. Adepte de portage et passionnée de crochet, c'est entre ses enfants, ses livres et son jardin qu'elle a trouvé son bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *