Les lettres – À toi qui a coupé des liens toxiques…

Partagez!

Même si tu sais que tu as fait ce qu’il fallait, parfois, tu te sens mal de l’avoir fait. Pourtant, tu ne retournes pas ses appels et tu ignores ses messages. Tu te protèges. Il t’arrive d’avoir des moments d’angoisses difficiles à contrôler. Les mots de ta psychologue te reviennent. Tu sais exactement quoi faire pour te calmer et tu y arrives de mieux en mieux. Ça ira. Lentement, tu réapprivoises ta vie même s’il y a des jours où tu as tellement mal que tu ne sais plus si ça vaut la peine…

☆ Les doutes ☆

Est-ce que tu fais le bon choix ? Absolument ! Je sais que parfois, tu te remets en question. Tu te demandes comment tu en es arrivée à ne plus vouloir entendre la voix de ta mère, à ne plus vouloir voir son visage… Couper les liens avec elle est probablement la chose la plus difficile que tu feras dans ta vie. Parce que tu as des amies qui ont une relation saine avec leur mère, tu doutes de toi, tu te sens comme coupée en deux. Une partie de toi veut faire ce qu’elle demande et lui donner « une dernière chance », mais tu ne peux pas. Tu l’as déjà fait plusieurs fois et tu n’en es jamais sortie indemne. Cesse de douter de toi. Respire doucement jusqu’à ce que le bruit dans ta tête ne te rende plus sourde.

☆ La culpabilité ☆

Tu as des enfants et tu as du mal à imaginer qu’un jour, l’un d’eux ne veuille plus être en contact avec toi. Juste d’y penser te déchire le cœur. Tes angoisses t’empêchent de trouver le sommeil certaines nuits. Ta relation avec tes enfants réveille un vif sentiment de culpabilité face à ta relation avec ta mère. Quand tu écoutes la musique qui fait vibrer ton aînée, que tu construis un robot avec ton fils ou que tu berces ton bébé, l’idée même de ne plus les voir t’empêche de respirer. Ton fils rit et ton cœur se gonfle d’amour pour ce trésor, puis une partie de toi pas encore guérie de ton passé te chuchote que tu prives ta mère de ce rire magique. Tu penses aux mots de ta psychologue. Tes sentiments sont légitimes. Tu peux te sentir libérée par la fin de ta relation avec ta mère et, en même temps, vivre un deuil pour cette même relation. C’est contradictoire, mais ces sentiments peuvent coexister.

☆ Ton silence est une réponse ☆

Chaque fois que tu as essayé de mettre des limites dans votre relation, elle s’est accordé le droit de les dépasser. Tu ne te sentais pas respectée. Tu te laissais convaincre de faire d’elle une priorité même si ça te blessait. Parce que tu te sens encore fragile, tu as choisi de garder le silence, de ne plus t’expliquer. Devoir t’expliquer constamment t’as toujours épuisée et tu retrouves ton énergie depuis que tu ne le fais plus.

☆ Temps et support ☆

Non, le temps ne règle pas tout et ne guérira pas tout non plus. Le temps passera et mettra une distance entre toi et ce qui t’a blessée. Chaque jour qui passe est comme un pas de plus qui t’éloigne de ce que tu laisses derrière. Tu trouveras en ligne des groupes de soutien qui te seront précieux dans ton cheminement. Discuter avec des femmes qui se sont retrouvées à devoir prendre la même décision déchirante fait du bien. On se sent plus forte quand on ne se sent plus seule.

Quitter ta relation avec ta mère t’aura appris des choses. Entre autres, elle avait raison sur un point : tu as besoin d’aide depuis longtemps. Pour cette raison, tu consultes depuis un moment et ça te fait plus de bien que tu ne l’aurais cru. Tu revisites tes blessures et, pour la première fois, tu te permets d’en prendre soin. Tu apprends à te traiter avec douceur. Par contre, tu découvres aussi que ta mère avait tort. Ce n’est pas pour vous que tu dois guérir, mais pour toi parce que tu mérites d’aller mieux, d’être heureuse et de ne plus devenir anxieuse chaque fois qu’un souvenir d’elle te revient. Ce n’est pas pour accepter ce que tu trouves abusif, ce qui te fait mal, pour l’aimer elle, que tu as besoin d’aide, mais pour t’aimer toi, pour te respecter assez, pour te donner à toi-même, la permission d’avancer.

Personne ne recommande de couper les liens avec sa mère. Socialement, c’est plutôt mal accepté de ne plus communiquer avec cette femme au titre unique. Peu importe la situation, la majorité des gens voient une possibilité de réparation, mais tu ne dois pas oublier que cette relation n’est pas la leur. Tu n’es pas obligée de l’entretenir. Il y a des chemins qui doivent se séparer, des liens qu’on ne peut pas réparer.

Tu sais, tu peux souhaiter le meilleur à une personne sans vouloir faire partie de sa vie. Même si, un jour, cette personne change, il se peut que ton histoire avec elle ait laissé trop de marques pour que tu ouvres encore la porte. Tu guériras un jour. Bientôt, ton ciel sera plus beau, plus bleu. Tu n’es pas responsable de la couleur du ciel des autres. Ta priorité maintenant, c’est la famille que tu as crée, toi, tes enfants, votre bonheur est ta nouvelle mission. Tu peux être pour tes enfants, l’adulte que tu aurais tant souhaité avoir auprès de toi quand tu avais leur âge et que tu tentais de te construire.

Autrice de l’article : May Nadeau

May Nadeau
Maman homeschooler de trois enfants un peu sauvages, May a élu domicile dans une petite ville du nord de Lanaudière. Adepte de portage et passionnée de crochet, c'est entre ses enfants, ses livres et son jardin qu'elle a trouvé son bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *